e-Storya : pour raconter des histoires !
menu
info
Auteur : Melly-Mellow
album Pour ce chapitre :
Nombre de visiteur : 1
Nombre de "J'Aime" : 0

memo Autres chapitres du livre :
star L'enchainé en ville
star Deux Annees Pour Apprendre A Vivre
view Finir La Tete Haute

Version complète de l'histoire

feed Cet auteur écrit de la poésie :
external Poème Chapitre 1 : L'enchaine en ville.
external Poème [DÉFI DE DANIEL] ☼ D'août dans l'mille. ☼
external Poème Défi Orpailleur - Le corrompu incorruptible
external Poème Se bâtir une vie.
external Poème Soufflée de ta vie
Roman de

Histoire d'un bandit revisité

Chapitre 3 :
Finir La Tete Haute


Histoire d'un bandit revisité

3 : Finir La Tete Haute

►☼◄
Le bon temps passe comme une étoile filante. Henry était agenouillé, le visage trempé de larmes. Il venait de poser la croix à son funeste ouvrage. Il se releva, sanglotant et tout petit enfant qu'il était. A 17 ans à peine, on ne sait rien de la vie, on est impudent & imprudent.. On croit être invincible et on croit que la vie continuera de couler dans des jours tranquilles, éternellement. Henry enterrait son paradis sous terre, et lui il plongeait en enfer. Il brûla les affaires de Régante, juste au dessus de sa tombe. Il ficella solidement ses deux croix autour de sa nuque brisée de chagrin, et, prenant Black-Side comme destrier, il trotta longtemps, loin de cette place immaculée de sang.
Les nuits qui suivirent ne furent plus jamais reposantes. Henry redevenait un enfant, un petit enfant qui a peur du noir, qui se met en boule et sanglote le plus silencieusement possible. Les jours qui suivirent, il n'affichait plus aucun sourire, il faisait son oeuvre, son cheminement intérieur, préparant avec ardeur le plan des prochaines années de sa vie. Quand il regardait vers l'avenir, il y a comme un flou dans le temps. Pour lui, sa destinée était maintenant de venger Régante. Lorsqu'il pensait à la vengeance, il n'était même pas fébrile, il avait en lui cette force tranquille, de l'homme qui est habitué à voir la mort roder, qui n'a plus rien à perdre et qui n'est attaché à la vie, que par un coeur détruit qui réclame du sang pour sang.
►☼◄
Il devint shérif à plein-temps à Fort Grant, et obtint donc le droit d'avoir une troupe sous ses ordres. Le premier de ses hommes s'appelait Frank Cahill, un irlandais sans gêne qui parlait avec un accent insupportable et qui pestait contre tout & rien. Henry ne lui en faisait guère remontrances, obstiné qu'il était d'accomplir sa tâche. Il s'était fait une raison de ne plus être un faible. Il ne pleurait presque plus, mais il ne dormait pas pour autant. Simplement, il savait que Régante le voudrait fort comme un homme. Ses idées en devenaient moins confuses et il put donc préparer un plan d'action contre le meurtrier qui ne se doute pas que l'épée de Damocles est sorti de son fourreau. Il cherchait alors chaque jour dans les avis de recherches un prétendu Patrick. Mais rien. Il passa des télégrammes aux shérifs des autres villes, mais aucun résultat. Il finissait par désespérer, se demandant si finalement ce poste de shérif allait lui assurer quoi que ce soit. Au final, ça ne faisait que lui rappeler son beau-père, et il détestait cette image.
Alors qu'un jour, il accrochait les avis de recherches de façon machinale sur les panneaux de la ville, il se paralysa devant l'affiche de " l'enchainé ". Depuis le temps qu'il cherchait Patrick, il n'avait même plus fait attention à " l'enchainé ".. On "le" cherchait encore pour une sacrée poignée de dollars. Henry serra les dents. S'il savait. Alors qu'il était là, dans un état où sa sensibilité était mise à rude épreuve, Frank Cahill débarqua, l'air chauvin et fier se sentant à des kilomètres à la ronde. Remarquant que son soi disant "supérieur" avait la larme à l'oeil, il ne put s'empecher la raillerie.
"- Oh il fait l'émotif le shérif ! Est-ce de voir d'l'argent gaspillé pour des bandits sans classe qui t'fait cet effet ?"
Frank arracha des mains d'Henry l'avis de recherche de l'enchainé.
"- Faut il qu'il soit si moche pour qu'il se cache ! AHAHA ! "
Le rire gras de cet homme et ses manières de rustre blessaient profondément un Henry en émoi. Il choppa l'irlandais par le col, comme son beau père le faisait avec lui.
"- Fermes la et retournes bosser !
- Et je vais pas me faire commander par un gringalet haut comme 3 pommes ! "
En effet Frank était beaucoup plus grand qu'Henry, et beaucoup plus large également. Il le frappa violemment ce qui mit Henry à terre. S'asseyant sur lui, Franck se mit à le frapper à tout va et il lui alla même jusqu'à lui cracher au visage. Henry ne pouvait pas se défendre, petit comme il était face à l'imposant Frank. Dans un effort, il atteint son pistolet et il tira. Il ne fallut pas longtemps à l'irlandais pour s'écrouler, sans même un râle de douleur. Réalisant son acte, Henry se remit debout et siffla Black-Side avant de s'échapper au galop vers la sortie de la ville.
►☼◄
Cahill, emmené à l'hopital, se savait sur le point de mourir, mais il eut le temps de se déclarer innocent, accusant son ancien supérieur de rage excessive. Le juge de la ville décréta Henry Antrim comme criminel sans cause atténuante. Cependant les anciens adjoints d'Henry ne le rattrapèrent jamais, car il avait déjà quitté l'Arizona pour retourner au Nouveau Mexique, tout près du Comté de Lincoln. Il voyait maintenant son nom partout sur toutes les affiches, il lui fallait un nom d'usage en public. Il décida de reprendre le nom de sa mère, Henry McCarty, mais malgré cela il savait que c'était trop tard pour une couverture de gentil civil ou de vaillant shérif. Il était criminel et maintenant il devait l'assumer. Il se rappelait ce que Régante lui disait... L'image qu'on donne au final n'est pas toujours la bonne. Commença alors pour Henry une vie de cachette, de crainte, de fuite. Comme il comprenait Régante maintenant. La peur.. Ne pouvoir faire confiance à personne. Ses ambitions avaient trop d'ennemis, mais il savait surtout et avant tout, qu'il ne pouvait plus reculer. Il devait tuer Patrick et après, advienne que pourra.
Un jour, alors qu'il était au bar d'un saloon, noyé dans son verre de whisky, un homme l'aborda. C'était un jeune rancher britannique du nom de John Tunshall qui, connaissant sa réputation, voulait l'engager comme homme de main. Ne sachant pas trop comment se débrouiller dans la vie, Henry accepta la proposition de l'homme. Il dirigeait une petite bande de bandits nommée Regulators avec deux de ses accolytes, Dick Brewer et Frank McNab. La petite bande ne cherchait que la protection des terres de John, qui servait à tous de mentor et de conseiller. Son but était de ré-inscrire tous ses petits voyous dans un cadre plus calme et pacifique. Cependant la cohabitation avec les bandes rivales n'était pas des plus simples et ne facilitait pas la tâche de John.
Henry y vécut quelques belles années, s'y faisant de bons amis dont Charlie Bowdre, Tom O'Folliard ou encore Doc Scurlock. Tous étaient à peu près de son âge mais le considérant comme un petit frère, ce qui avait le don d'agacer Henry. Tout le monde continuait de lui donner le petit sobriquet de gamin et lui, il rétorquait en sortant les armes; armes qu'il manipulait avec agilité et précision, il était d'ailleurs le meilleur tireur de la bande ce qui lui avait toujours valu les honneurs de John. Cependant, celui-ci était en pleine guerre pour du bétail avec le clan formé par les grands fermiers du coin : John Dolan, Lawrence Murphy et John Chisum. Ces trois compères voulaient récupérer les terres John Tunshall, considérant qu'elles étaient mal utilisés d'une part et d'autre part pour nourrir des hors-la-loi qui plus est.
►☼◄
Tunshall fut assassiné en 1878 et la guerre du comté de Lincoln débuta. Les Regulators souhaitant venger la mort de leur patron, se mirent en quête des tueurs à gages engagés par le clan Dolan/Murphy/Chisum et les assassinèrent à Steel Springs en mars. S'en suivit alors une longue quête de rivalité. Les clans, montés les uns contre les autres, les Regulators, jeunes minots d'une vingtaine d'années en cible de choix. A cela s'ajoutèrent les shérifs de tous les environs, qui pour calmer les tumultes les prirent en chasse. La bande d'amis se trouvait en mauvaise passe, devant vivre cachés de tout ennemi potentiel, ce qui représentait 99% de la population du Nouveau Mexique.
Un soir, autour du feu, les amis preparaient un plan contre le shérif William Brandy, protecteur du clan Dolan/Murphy/Chisum.
"- Alexander prendra l'Ouest en cas de fuite pour bloquer le shérif et son adjoint. Charlie, Tom, Doc en couverture. Henry tu me suivras pour l'attaque de front.
- J'y pense, si y'a un imprévu, faudrait pouvoir arranger un plan vite fait.
- Y'a pas de raison mais ouais au moins avoir des signes.. Qu'est ce que vous diriez de noms de code ?"
Tous furent enchantés, et chacun leur tour ils tentèrent de trouver un surnom. Beaucoup prenaient le surnom que la population leur donnait, associé à leur ville de naissance. Quand vint le tour de Henry, il se trouva bien peu inspiré :
"- Bon déjà le surnom qu'on te donne souvent c'est l'gamin... Après, tu viens d'ou ? "
Henry resta silencieux. Au fond d'ou venait il, qui était il ? Il ne se sentait plus Henry, il ne se sentait que le corps vengeur de Régante.
"- T'as pas un endroit qui t'es cher ?"
Il leva les yeux vers ses camarades.. Un endroit qui lui était cher.. Le seul endroit il s'était senti comme au paradis c'était dans les bras de Régante.. Son image revenait à lui. Régante..
"- Régante Bill...
- Bill ! Hey ça claque !
- Hein ?
- Qu'est ce que tu penses de Bill l'enfant démon !
- Non non attendez, Bill l'enfant de satan !
- Bill Belzebuth !"
Devant tant de passion et tant de recherche, Henry sourit. Puis se levant, il regarda ses camarades, le sourire aux lèvres.
"- Ok. Appelez Billy. Billy The Kid* (=l'enfant) "
La bande acquiesça. C'était parfait.
Le lendemain l'assassinat eut lieu avec succès malgré que Henry fut blessé d'une balle tirée par un des adjoints du shérif. La troupe décida d'aller vers un ranch pas loin de celui de John Tunshall. Il appartenait à un ancien chasseur de bisons, Pat Garett. Fils d'un riche planteur en Louisiane, il était venu s'installer il y a quelques années déjà avec sa première épouse qui malheureusement disparut. Se montrant courageux et ambitieux, il fonda son propre saloon, mais l'affaire fut peu fructueuse. Il redevenu alors rancher, en attendant que sa demande d'acquisition d'un restaurant en ville soit acceptée.
Pat était un homme grand et bien bâti, d'une trentaine d'années. Il avait les cheveux blonds et un front prédominant où on lisait l'assurance de son age. Sa mâchoire était imposante et carrée; son nez, fort et beau comme celui de cyrano. Ses yeux étaient toujours calmes et pensifs. Pour son age, il avait une patience et une sagesse à toute épreuve, à peine endurcie par ses différentes marques de combats qui se lisaient sur ses bras aux dimensions hors norme. Henry se lia vite d'amitié avec lui, et Pat lui offrit soins et nourritures. C'était un homme aguerri qui savait ce qu'il voulait et il proposa à Henry de ne pas suivre les Regulators dans leur quête de vengeance, et de rester avec lui. Cependant, sans rentrer dans les détails, Henry expliqua qu'il devait les suivre, venger son patron et ensuite accomplir son oeuvre. Son ami avait beau lui poser des questions, Henry gardait le silence.
La troupe resta plusieurs jours chez Pat Garett, qui se montrait de plus en plus proche d'Henry. Dès que ce dernier fut en pleine possession de ses capacités, il l'emmena chasser avec lui. Les deux semblaient inséparables, ce qui eut pour incidence d'énerver la bande d'amis d'Henry. Finalement un soir, la nouvelle parvint qu'un shérif se faisait le vengeur de William Brandy. Celui-ci, provoquant les Regulators, les mettait au défi de venir le tuer. Ne reculant devant aucune provocation, la bande accepta le gage. Alors qu'ils attelaient leurs chevaux, Pat Garett vint à leur rencontre.
"- Vous partez les petits gars ?
- Oui on a un homme à éduquer
- Tu pars aussi Billy ? "
Henry se tourna vers Pat, qui la main sur l'épaule le regardait d'un air protecteur.
"- J'ai pas le choix.
- Je ne peux pas te raisonner ?
- Non..
- Promets moi un truc.
- Quoi ?
- Quand tu auras effectuer ton "oeuvre", r'viens à la maison. Y'aura toujours une place pour toi p'tit."
Henry avait le sourire, Pat était devenu comme un père, ou un grand frère pour lui. Il lui fit une brève accolade puis il reprit la route en direction de San Patricio.
►☼◄
"A couvert !"
Les tirs fusaient, explosant les fenêtres, et allant se loger dans le mur de la cuisine et du salon. Une dizaine de tireurs étaient à l'extérieur. La bande était retranchée dans la maison d'Alexander McSween depuis quelques jours, après l'assasinat du shérif Jack Long à San Patricio, qui se voulait vengeur de son collègue décédé William Brandy. 5 longs jours à devoir répliquer à des rafales de tirs, privés de sommeil durable et de repas dans la règle de l'art. Aucune échappatoire, la maison était encerclée. Les Regulators n'en pouvaient plus et ils sentaient que la seule façon de s'en sortir avec les honneurs était la mort. Mais Henry ne pouvait s'y résoudre, il n'avait pas venger Régante. Il ne pouvait pas. Ses camarades ne comprenaient pas son obstination. Alors qu'Alexander et deux autres répondaient aux tirs de l'extérieur, Pete Maxwell, le petit dernier de la bande, qui les avait rejoint quelques jours après l'assassinat du shérif Long, vint voir Henry. Ce dernier refaisait son bandage, immaculé de sang. Ils restèrent là une poignée de minutes, Pete essayant de convaincre Henry que plus rien ne pourrait les sauver. L'acharné leva les yeux. Alexander était à bout de souffle, blessé au bras. Tom & Doc n'étaient pas mieux. Ils allaient manquer de munitions, de nourriture, et surtout de vie. Henry serra les dents. Ça ne pouvait pas se terminer comme ça.
Il lâcha tout. Il raconta tout à Pete. A la fin de son récit, il demanda à Pete quelque chose.
"- Sors par derrière pendant que les gars et moi on se rend, et cherches ce mec. Envoies moi des informations codés en prison, et à ma sortie, même si cela doit être par une évasion, j'irai directement le tuer, et ensuite qu'ils fassent ce qu'ils veulent de moi."
Pete le regardait troublé et puis finalement il accepta. Pendant qu'il partait à travers la foret en espérant s'en sortir, Henry partit voir ses camarades et leur expliqua qu'à présent, il fallait se rendre à l'évidence, et se rendre tout court.
"- T'es fou ?! MOI VIVANT JAMAIS JE N'IRAI DANS UNE PUTAIN DE PRISON ! AUTANT CREVER !"
Aucun d'eux ne voulait se faire arrêter, et la lute d'arguments s'engageait quand tout à coup.
"- Les.. Les..Les gars ! Ya.. Ya..
- Quoi ?!
- Ya le feu !"
En effet, un grand brasier de source inconnu avait enflammé le salon. Dans une cohue générale, les bandits tentèrent de l'éteindre mais rien n'y fit, le feu était déjà trop ancré. Tom passa par la fenêtre et fut fusillé sur le champ par les tireurs à l'extérieur. Alexander, le dos en feu sortit pour de l'eau mais il fut aussi impitoyablement fusillé. Henry voyait son monde s'écroulait, tous ses amis mourant. Alors que Doc s'armant de son fusil et d'une espèce de bouclier vétuste, sortait face aux tirs, Henry le suivit sans vraiment comprendre, et tandis qu'il écoutait les tirs ricochaient contre le fer ou même le traverser, il sentit le sol se dérobait sous ses pieds, et il chuta le visage contre la poussière amère du sol.
►☼◄
Il passa deux longues années en prison, de juin 1879 où le gouverneur du Nouveau Mexique lui avait accordé la prison pour 10ans en reconnaissant que la plupart de ses crimes étaient de légitime défense. Les premiers temps, il était perdu. Les Regulators étaient morts et il n'avait aucune nouvelle de Pete. La prison était dure. Il avait des chaînes, semblables à celle de Régante, aux pieds, avec un boulet au pied gauche. Il portait une vieille tenue grise et poussiéreuse. En de rares occasions, les détenus avaient de la visite mais Henry n'en avait jamais. L'année 1880 arriva. Henry s'était endurci dans la prison, tentant de faire le plus de sport possible pour maintenir sa condition physique.
Un matin, il était le seul réveillé de sa cellule. Le gardien frappa violemment contre la porte de fer.
"- William Henry Antrim. Un télégramme vient d'arriver pour toi ! "
Le gardien glissa une feuille sous la porte puis ses pas repartirent vers les autres cellules. Henry sauta d'un bond sur le télégramme sachant pertinemment que c'était ce qu'il attendait depuis longtemps. Les autres, à peine réveillés, ne portèrent pas grande attention au jeune homme.
"- Désolé du retard Kid. En m'échappant de la tanière, un lévrier m'a coursé après, j'ai eu quelques égratignures tu vois. Mais je t'ai pas oublié. Quand t'auras du temps, il faut que tu viennes. J'ai des informations sur ce fameux Patrick que tu cherches tant. Amicalement, P. de Fort Summer. "
Henry se mit à rire. Enfin. Enfin. Enfin.
Ce même jour de 1880; les prisonniers eurent droit à une photo pour que chacun, en cas de sortie, soit reconnu du grand public. On les faisait poser dans leurs vêtements d'arrivée, avec un fusil non chargé. Henry se prêta au jeu, tellement heureux du télégramme qu'il venait de recevoir. Un chapeau noir dont la crête cassée le faisait ressembler à un charlatan des routes, un fichu autour du cou qui cachait les croix (qu'il avait précieusement gardé pendant sa détention pour que personne ne les lui enlève), un veston blanc, au dessus d'une chemise épaisse à manches longues, marron & blanche; un gros ceinturon; un pantalon marron bouffant accentué par des bottes-ranchers montant jusqu'a mi tibias, le voilà fin prêt. Il se tenait la, sourire en coin, la tête légèrement inclinée, l'air niais comme dirait certains, l'air charmeur comme aurait dit Régante. Dans sa main gauche, le canon du fusil bien prisonnier, lui servait de canne. Alors qu'il quittait le stand de photographie pour aller rendre ses affaires au geôlier, il vu, posé sur le bureau du directeur le journal du jour. D'un tempérant moqueur et peu scrupuleux, il le prit et le lut. A sa grande rage, il lu la déclaration du nouveau procureur du comté de Lincoln :
"- Le dénommé Billy The Kid, retenu à la prison de Virginia Town, avait été assigné là bas par mon prédécesseur, Lew Wallace pour une durée de 10ans. Il n'en sera rien. Je le condamne à la prison à vie."
Henry ne put lire la suite. Cet enfoiré de procureur ! Il fallait qu'il s'échappe, et maintenant il avait une piste pour parachever l'oeuvre de sa vie.
Et Henry s'échappa bel et bien, quelques mois avant l'année 1881. Pendant plusieurs mois, il batailla pour obtenir cheval, arme, munitions et nouveaux partenaires. Il ne prévenu personne, ni Pat ni Pete, de ses plans. Il savait que maintenant les choses allaient se hâter et le temps virait à l'orage. Personne ne pouvait l'aider et surtout il ne voulait pas d'aides. Trop de gens étaient morts à ses côtés. Au mois de juillet 1881, il était fin prêt. Il rejoignit le comté de Lincoln, qui était la dernière étape avant Fort Summer, où Pete logeait selon ses indications et ses recherches.
►☼◄
Et le voilà. En ce 14 juillet, au bout d'une heure de longue route, où il y a réveillé les souvenirs de ses 6 longues années, où il y a creusé dans son coeur meurtri un petit mémorial, à chaque étape, à chaque personne qui a compté.. Régante, John, les Regulators, Pat. A tous, il leur jura solennellement, alors qu'il se tenait fier et grand devant la maison de Pete, qu'aujourd'hui serait le jour où Billy The Kid rentrerait définitivement dans la légende. Il pénétra dans la grande demeure aux allures désertiques. Il y avait bien un cheval attelé devant la maison, mais aucun signe du cavalier. Henry avançait, lançant parfois des " Pete ? ".. Aucune réponse ne lui parvenait. Enfin, il aperçu à l'étage une porte entrouverte où semblait provenir des bruits. Il monta le long escalier, et poussa la porte. En effet, Pete Maxwell était là, allongé sur son lit, tandis que Henry, tout sourire s'approchait de son ami, celui ci lui faisait des signes réguliers de la tête comme pour le prévenir d'un danger. Mais Henry, trop content, ne les remarqua pas, et alors qu'il se penchait pour faire une accolade à Pete, il reçu un violent coup de crosse dans la nuque.
►☼◄
Henry se réveilla difficilement. Il avait du mal à regarder autour de lui. Il était dans une sorte de grange, le sol était poussiéreux. Tandis qu'il voulait se lever, un pied vint lui marteler le dos, forçant Henry à s'écrouler de nouveau.
"- Tss tss tss.. Du calme Billy. "
La voix le fit tressaillir.
"- Si je m'attendais à te voir. J'étais venu récupérer des informations du fameux P. de Fort Summer, celui qui t'a envoyé un télégramme juste avant ton évasion. J'étais déçu, il s'obstinait à ne pas répondre, mais bon, au final je n'ai pas eu besoin qu'il me mène à toi, car c'est toi qui est venu à moi ! "
L'homme rigolait de façon macabre. Henry lui se concentrait sur cette voix, cette voix si familière. Il releva légèrement la tête au passage de l'ombre de son tortionnaire. L'homme était grand et viril, un chapeau recouvrait son visage, et il portait un grand manteau de bison. Un manteau de bison.. LE manteau de bison de Régante ! Il l'aurait reconnu entre mille. Comment l'avait il obtenu ? A moins que...
"- Patrick ??"
Henry, la bouche en sang, se releva à l'aide de ses bras, la haine pour regard.
"- Ne me regardes pas comme ça, comme si je n'étais qu'un vulgaire individu que tu haïssais." ricana l'homme.
"- Comment ça ? "
L'homme rigola à gorge déployée face à la question d'Henry.
"- Tu n'as pas encore compris.."
L'homme se retourna, enlevant calmement le chapeau dissimulant son visage.
"- Oh..C'est..C'est pas vrai..."
Henry lâcha prise, le visage retombant dans la poussière, il s'esssuya les yeux, brûlants de douleur. L'homme au manteau de bison choppa le menton du Kid, le regardant droit dans les yeux. Henry serra les dents.
"- Espèce d'enfoiré !!!"
L'homme se releva en frappant un grand coup dans les côtés d'Henry. Celui ci, bien qu'agonisant, tenta à nouveau de se relever.
"- Ah.. Quel tempérant de chien. Après tout, qui se ressemble s'assemble. Régante était pareil. Une vile catin in-soumettable.
- FERMES LA ! Traitre !
- Moi ? Traite ahah.. Tu l'as pas tort.. Tu sais, j'ai été nommé Shérif du comté de Lincoln récemment, c'est la que j'ai appris que tu avais tué ton beau père, et suivi Régante.
- Je ne l'ai pas tué.
- C'est cela. Le crime coule dans tes veines, tu es né pour tuer. Mais tu sais, ça m'arrange, comme ça, je n'aurai pas besoin de justifier outre mesure ta mort."
L'homme arma son fusil et le pointa sur la tempe d'Henry.
"- Mais avant ça.. Il y a quelque chose que tu as qui m'appartient."
Il choppa Henry par le col pour le relever. Henry voulut se débattre, mais il sentit le fusil pointait tout contre son estomac. Alors qu'il se débattait, les deux croix de Régante dépassèrent de sa chemise. L'homme face à lui afficha un sourire de satisfaction avant de les arracher brutalement. Il jeta par la suite le corps d'Henry bien loin, et il vint heurter un rocher qui provoqua une douleur ultime au dos lacéré et brisé du Kid.
"- Ah mes précieuses ! Me voilà riche ! Riche et puissant !! "
L'homme exultait de bonheur et de folie.
"- Ah le pouvoir Henry ! LE POUVOIR ! SI TU EN SAVAIS LE PRIX ! L'éternité dans une vie ! Le pouvoir on le savoure, c'est bien plus fort que l'amour ! Quand je rends la justice, c'est la parole de Dieu ! Je commande, et ils obéissent ! On me craint ! On me croit ! Ahahah ! Dans ce monde où tout se vend, on me donne sinon je prends !! Le pouvoir Henry ! Le pouvoir ça brûle en vous, le pouvoir ça vous rend fou !! Le pouvoir on s'y accroche, et quand il vous abandonne. Oh petit Henry.... On en meurt."
Il pointa son fusil, et appuya sur la détente, mais Henry en une roulade esquiva le coup, avant de se relever.
"- RENDS MOI LES CROIX DE REGANTE ENFOIRE !
- Ahahah ! CE SONT MES CROIX ET NON CELLES DE CETTE FICHUE CATIN !
- NE LA TRAITES PAS COMME CA ! "
Oubliant ses douleurs, courant vers ce traître, Henry voulut lui arracher les croix des mains, mais tout ce qu'il obtint étaient des coups supplémentaires qui venaient briser son abdomen.
"- Ne comprends tu pas ! Je ne suis pas un méchant dans l'histoire ! J'aimais Régante ! Mais cette chienne m'a trahi ! Elle a volé mes croix, mes précieuses croix qui valent des milliers. Bien sur ils l'ont arrêté, mais n'ont pas récupéré mes bijoux, et elle s'est évadée. Elle a assassiné les tueurs que je lui envoyais, et même quand elle était là, souillée et faible sous mes yeux, elle ne voulait pas me donner mes croix... Oh oui ça m'a surpris quand j'ai vu le cadavre de mon ami, et que les croix autour de ses chevilles avaient disparues.. Mais j'ai vite compris.. Petit fumier, tu les avais prises avant mon retour hein ?! "
Henry se releva, il crachait du sang et il pouvait à peine se relever.
"- Mais maintenant je les ai, tout ça n'a plus d'importance.. Ahaha "
Henry se releva, il ne pouvait pas s'arreter là, la mort ne pourrait pas l'empecher de le tuer. Lui qui parlait en étant si fier, qui reniait Régante, qui l'avait humiliée, et tuée. Il s'avançait difficilement, à moitié mort déjà. L'homme le défigurant lui lança.
"- Tu les veux c'est ça hein ? D'accord, tiens prends ! "
Il balança la croix blanche dans les airs. Henry tendit la main, et il sentit sa jambe se déchirait brutalement. Il tomba au sol. Il avait récupéré la croix blanche, la croix de l'ange, et déjà il voyait une lumière aveuglée ses yeux. Est ce celle du soleil ou celle du bout de la route.. Sa jambe était en sang, la balle profondément logée dans sa cuisse.
"- Allez !! RELEVES TOI. La seconde arrive !! "
L'homme jeta la croix noire dans les airs. Elle vint pile dans l'axe de lumière qui aveuglait Henry. Le temps se ralentit. Les morts, les déceptions, il a tout surmonté, la tête baissée. S'il redescend la côté, ce sera, la tête haute. Il est au bout de la route maintenant, de sa vie beaucoup trop courte, il sait qu'il va mourir, à 21 ans à peine, avec le regret de n'avoir pas su venger sa belle. Avec le regret d'avoir donner sa confiance, d'avoir cru et d'avoir été trahi. Malgré la flamme qu'il a de vivre, il a en lui cette vieille âme, qui le porte à croire, qu'il vaut mieux pour lui de rejoindre ses amis, et Régante.. Il était trop tard pour penser à la valeur de sa vie maintenant, la croix noire tournoyait lentement au dessus de lui, alors il serrait fort la croix blanche dans sa main, et il tendit l'autre vers l'objet en se relevant légèrement. Mais il lui semblait que la croix s'éloignait maintenant. Il sourit. Il comprenait. Son coeur déjà n'était plus, la gâchette avait été pressée...
►☼◄
Billy the Kid fut enterré dans le cimetière militaire de Fort Sumner entre ses deux amis Bowdre et O'Folliard. Le shérif du comté de Lincoln reçu les honneurs de la mort du bandit. Cependant il n'y trouva pas tout son bonheur. En effet, il recupéra discretement la croix noire, incrustée d'or, mais il n'arriva pas à extraite la croix blanche, qui fut donc enterré avec le Kid, qui la serra férocement même après sa mort. Certains racontent que grâce à elle, il eut droit à un repos solennel après la mort. Le shérif lui garda la croix noire, et on raconte que quelques jours plus tard, alors qu'il l'enfillait autour de son cou, en descendant les escaliers de sa somptueuse demeure, pour aller flaner et se vanter en ville, sa main se coinça dans l'enroulage de la chaine, et il perdut l'équilibre. Son dos se fractura en de multiples parts, mais il ne mourrut pas sur le coup. Or, étant seul chez lui, il agonisa des heures durant jusqu'à mourir, le visage tordu de douleurs. Sa femme, le retrouvant ainsi, enterra la croix dans le jardin mais jamais elle ne fut retrouvée lors des recherches qui furent menées après. Lors des obsèques du shérif, un des adjoints ramena à sa femme une petite gourmette trouvée sur les lieux de la mort de Billy The Kid. La gourmette portait l'inscription " Patrick ".. La femme, visiblement éplorée, lança l'objet sur la tombe de son mari, qui commençait à être recouverte de terre. L'adjoint lui murmura :
"- C'est un beau prénom, pourquoi ne le portait il pas ?
- Il disait que ça faisait trop conventionnel, et quand il était chasseur de bisons, tout le monde l'appelait par son diminutif.."
Les obsèques terminées, le monde s'éloigna, laissant Pat Garett dans un prétendu repos, à l'ombre d'une grande croix noire. Le soir de son enterrement, le vent souffla fort.
Le lendemain, quand la femme de Pat Garett vint déposer des fleurs, elle trouva un avis de recherches qui s'était arrêté dans sa course folle contre la croix, celle d'un jeune homme moqueur à l'allure charmante, qui savait que son oeuvre avait finalement était accomplie..

Billy_the_Kid_correctedjpg

►☼◄