e-Storya : pour raconter des histoires !
menu
info
Auteur : Malami
album Pour ce chapitre :
Nombre de visiteur : 85
Nombre de "J'Aime" : 0

memo Autre chapitre du livre :
view histoire d'un malheur
Roman de

Une putain or du commun

Chapitre 1 :
histoire d'un malheur


Une putain or du commun

1 : histoire d'un malheur

Chapitre I :

Elle allumait une cigarette après avoir été violée impitoyablement par le premier venu avec l’argent imposé
Avec le temps elle perdait estime de soi
Et son corps paraissait à ses yeux à moyen de gain
Aux yeux du commun des mortels elle étais une putain inaccessible
Aux yeux des insurgés elle était un diamant mal taillée
Aux yeux des policiers elle troublait l’ordre public
Par sa beauté elle envoûtait tous les hommes
Un charisme qui voyage au delà des mers
Pour exacerber la jalousie des femmes
elle était une déesse venue ambigument sur terre
Un ange incarné dans des dimensions corporelles parfaites
Cet amour charnel que le vulgum pecus éprouvait à son égard était incommensurable
Mais ils savaient tous que c’était une bombe atomique
Ses airs de sybaritisme
Allait son doute lui donner légitimement le droit de jouer dans la court des grands
Elle gravissait les marches de la gloire en oyant les diatribes du peuple
De jour en jour son nom se répandait comme une traînée de poudre
Les nobles franchissaient toutes les mers pour parvenir à savourer cette beauté
Elle souffrait sans conteste du bovarysme
Peu importe ses exploits elle était toujours insatisfaite
Toujours ambitionnant vers le haut même si elle était au summum
Elle avait un amant secret qui illuminait tous ses dimanches
Elle passait tous les lundis à lire véhémentement ses lettres
Il étudiait le droit dans le village contigu
Elle éprouvait une sorte de sentiment pour lui
Une affection quasi-profonde
Un amour idyllique qui remet en question son avenir
Elle était prête à tout laisser pour l’accompagner loin de ces mauvais souvenirs
Mais elle était malheureusement assujettie à une loi inique
Elle étais à la merci de ses clients
De leur désirs pervers qui ne tarissaient guerre
De jour en jour elle se morfondait à écouter sempiternellement des discours politiques
A entendre des hommes élogieux parler de tout et de rien
Des plans futuristes et elle souhaitait pérenniser sa cigarette pour mieux supporter cette environnement qui paraissait à ses yeux suffocant
Elle poussait intérieurement des cries de secours
Elle voulait réellement être secourue de son mal intérieur
De sa cupidité qui pouvait tout lui coûter
Elle était inapte de peser au trébuchet les choix qu’elle avait devant elle
Elle était nommée Emma
Elle a perdu ses deux parents lors de la guerre qui soudainement a éveillé quelque chose d’humain en elle, l’envie de survivre
Et de sauver ce qui pouvait être sauver
Elle a été déposée gracieusement chez une famille d’accueille constituée de deux parents infécondes
Qui donnèrent leur chaire pour l’élever exemplairement
En grandissant, elle faisait preuve d’une sociabilité particulière
Elle séduisait tous les garçons de sa classes et aimer jouer avec toutes les filles du quartier
Elle était chérit par tous
Elle passa une enfance paisible qui lui emplissait le cœur de bienveillance et de bonté
En franchissant l’adolescence, elle commença à changer
une rebelle commençait à surgir petit à petit de nul part
Elle était ambigument en pleine mutation
Elle était infesté par une colère étrangère
Une sensation de manque qui s’installa brusquement dans un environnement familiale immaculée
Elle éprouvait un sentiment de répulsion à l’égard de tous ces semblables
Et voulait être émanciper de l’autorité de ses parents comme si ils étaient un fardeau sur son dos
Elle inquiétait effroyablement ses proches qui ne cessaient d’invoquer le bon Dieu
Elle allait à une dérive fatale
Des mauvaises fréquentations l’ont mener à Alexandre le proxénète le plus connu de la ville
Il tomba fou de ses yeux verts émeraudes
Sa gentillesse innée et ses mains chaudes lui ont procuré une quiétude recherchée
Il refusa de tiré odieusement gain de sa prostitution qui paraissait à ses yeux inutiles voire irréfléchie
Il lui proposa de vivre avec lui,et lui prometta la lune et le firmament constellé d’étoiles même si la vie dédaléenne qu’il menait était loin de s’améliorer
Mais son envie ardente de se prostituer était inextinguible pour des raisons inconnues
Elle remua terre et ciel pour amonceler l’argent suffisant et quitta la maison.
De gare en gare,de paysage champêtre à un paysage qui ne désemplit pas de nobles qui surgissait de partout
Elle n’avait pas peur, elle avait hâte de mener une vie princière qui déborde de plaisirs et un enivrement des sens.